L’école sainte Anne, route de Kerfily

Sous l’action du recteur François Mengant (1887-1907), les châtelains de Kerleren, Mr et Mme de Villeféron, se proposent de doter la paroisse d’une école congréganiste pour l’instruction des filles. Ils achètent le terrain, financent la construction et l’entretien de deux religieuses.

Ils achètent un champ au lieu-dit Gorrékear à Jacquette Lars, veuve Kerebel. La population se porte volontaire pour les charrois. L’école ouvre  en septembre 1894 avec 2 sœurs blanches : sœur Lucile Adam, la supérieure et sœur Michel.

L’école est placée sous le vocable de sainte Anne du prénom de sa marraine Anne de Kersauzon, petite-fille des fondateurs. Elle est bénie le 3e dimanche du mois après les vêpres. M. Godec, curé d’Elliant préside la cérémonie tandis que M. Salaun, curé d’Ouessant prêche le sermon . Dès 1895, il est nécessaire d’ouvrir une 3e classe avec sœur Mathilde, encore prise en charge par Mr et Mme de Villeféron. Le contrat stipule que la donation ne peut servir qu’à une école.

Une récréation bien studieuse!

En juillet 1901, la loi Waldeck-Rousseau interdit l’enseignement aux congrégations religieuses. En juillet 1902, sur ordre du préfet, les sœurs sont contraintes de partir malgré la mobilisation de la majeure partie de la population. Elles reviennent en octobre sous costume laïc.

En 1969, l’école est jumelée avec celle des garçons, l’école saint Joseph. Une nouvelle organisation entraine progressivement le maintien à sainte Anne des classes de maternelle tandis que l’école saint Joseph se réserve le primaire. Les écoles restent toutefois indépendantes. Ce qui n’est plus le cas depuis 2008.