La réussite en 1866, après 2 essais infructueux, de la pose d’un câble télégraphique anglo-américain incite la France à s’intéresser à ce nouveau moyen de communication. La région brestoise, à la pointe de l’Europe, est tout naturellement choisie pour accueillir cette nouvelle installation.

Le câble de 1869 au Minou

La société du câble transatlantique français choisit la plage du Petit-Minou en Plouzané pour poser un câble à destination des États Unis (cap Cod) en passant par Saint-Pierre-et-Miquelon (6180 km). Ce câble est aussi prolongé de Saint-Pierre vers le Canada et via Brignogan vers le Royaume-Uni en 1870.
Malheureusement, la société passe dès 1873 sous contrôle britannique. Ce câble fonctionnera jusqu’en 1894.

 

Le câble de 1879 à Déolen

Une nouvelle société, la Compagnie française du Télégraphe de Paris à New York, fait partir de Déolen, sur un trajet sensiblement identique, un nouveau câble qui fonctionnera jusqu’en 1929. Celui-ci est aussi prolongé vers le Canada et le Royaume-Uni en 1880.

Le câble « Direct » de 1898

La société, devenue en 1895 la Compagnie française des câbles télégraphiques, pose , sans étape à Saint-Pierre-et-Miquelon, un nouveau câble direct de 6 000 km, record absolu à l’époque. Celui-ci est prolongé vers New York et les Antilles puis l’Amérique du sud. Il fonctionnera jusqu’en 1959.

Les câbles africains du Minou

Les PTT installent à partir de 1905 une ligne Minou-Dakar prolongée par sauts de puce jusqu’à Pointe-Noire au Congo. Une autre société la SUDAM gère depuis 1910 la ligne Dakar-Recife (Brésil) qui permet aussi de rejoindre les Antilles. Tous les terminaux du Minou sont transférés à Déolen en 1945.

Les câbles allemands

La France reçoit, en dommages de guerre, en 1919 2 câbles allemands. Le premier partira du Minou vers Casablanca (fin en 1956); l’autre de Déolen vers New York via  les Açores jusqu’en 1961.

Fermeture de la station

Le progrès technique, en l’occurrence les câbles coaxiaux et le satellite, rend ces câbles télégraphiques complètement obsolètes. La station de Déolen ferme définitivement en 1962.

 

Cette histoire vous intéresse, retrouvez là avec de nombreux détails et anecdotes sur la pose et  le fonctionnement des câbles ainsi que l’évolution des sociétés dans notre livre: « La grande aventure des câbles télégraphiques transatlantiques à la pointe de Bretagne »